Je ne suis pas mort ce jour là !

Lenaic 25 août 2013 14

Quand on me demande l’expérience la plus folle que j’ai faite en voyage, je raconte souvent cette folie réalisée en 2009.

trip dans la jungle voyageur attitude

La machette et un arbre à longs pics.
Ce tronc hors du commun sert à protéger l’arbre des animaux (singes, serpents, etc…)

Je voyageais avec un pote pour 3 semaines au Costa Rica. Nous traversons le pays et, bien sûr, nous sommes attirés par la découverte de la forêt tropicale humide dans la région du Corcovado. Arrivés dans une ville aux abords de la jungle, nous nous renseignons sur les parcours possibles, et voyons vite que l’itinéraire que nous avions prévu est déconseillé en raison des crues de la saison des pluies (nous étions au mois d’août). Nous avions prévu ces 3 jours de trek, et changer de programme ne nous convenait pas ! La décision est prise, nous ferons l’itinéraire prévu !  Avec un guide ?  Non, trop cher !

Nous demandons à un habitant de nous déposer en voiture à l’entrée de la jungle. 1ère question : « Vous avez une machette ? » « Euh, non, pourquoi ? Bon, arrêtons nous pour acheter une machette ! »  (machette achetée 3€… aussi aiguisée qu’une batte de baseball !  Mais rien que l’idée de traverser la jungle avec une machette nous plaisait bien!)

 

 

Il nous lâche à l’entrée de la jungle, avec nos grands sacs à dos de routards et notre machette à 2 balles. Tout excités, nous traversons les cours d’eau pour parcourir la dense végétation du Costa Rica. Peu avant la nuit, nous arrivons dans un campement utilisé par les trekkeurs lors de la saison sèche. Seuls quelques insectes nous tiennent compagnie. C’est exactement l’expérience que nous souhaitions !

Le lendemain, c’est parti pour nature corcovado Costa Rica voyageur attitudeune longue journée de marche. Mieux vaut ne pas se blesser. Nous sommes en pleine jungle, personne ne sait où nous sommes. 12h de marche à travers un chemin à peine balisé. La machette s’est alors révélée utile pour débroussailler la végétation. Nous profitons de la nature, observons quelques oiseaux colorés, évitons (d’extrême justesse) de nous retrouver nez à nez avec une araignée de la taille d’une main, reconnaissons les traces d’un puma, et nous écoutons les cris des singes perchés dans les arbres.

Mais tout à coup, nous nous retrouvons face à un fleuve. Un fleuve couleur dégueulasse, large d’une dizaine de mètres. « C’est le chemin ça ? C’est inévitable ?! » Nous cherchons en vain toute autre possibilité qui pourrait nous faire continuer. Pas moyen. Il faut traverser ce fleuve.

Nous savons qu’il y a des crocodiles, et ce n’est pas fait pour me rassurer ! J’avoue que sur le moment, je n’étais pas du tout serein ! Je demande à mon pote de traverser en 1er. Je ne sais pas si j’aurais eu le courage d’y aller. Sans sourciller (mais je pense qu’il flippait bien aussi!), il s’avance timidement pour voir si on a pied. Si nous n’avons pas pied, comment traverser avec nos grands et lourds sacs à dos ?

jungle Costa Rica voyageur attitude

Il traverse. La profondeur est de 1,70 m ! Léger soulagement. Il revient pour prendre son sac, et nous traversons tous les deux, nos sacs portés à bout de bras au dessus de ce fleuve marron, la queue entre les jambes. Pas de crocodile. Je ne suis pas mort ce jour là.

 

Une belle récompense s’offre à nous un peu plus tard, quand nous tombons sur une oasis d’eau chaude et translucide, éclairée par les rayons du soleil perçant la végétation. Le lieu est splendide. Le bonheur est total.

Corcovado Costa Rica voyageur attitude

 

 Je peux même vous prouver que nous étions vraiment seuls… :

Corcovado Costa Rica voyageur attitude

Au contact de la Nature !

 

Quelques heures plus tard, nous arrivons à un deuxième campement, où de nombreux trekkeurs sont déjà installé. Ils ont tous fait une randonnée dans une partie plus accessible de la jungle. En allant voir le chef du campement, nous lui indiquons notre provenance. IL HALLUCINE !! Il ne croyait pas que cette expédition soit possible à cette période, avec ce fleuve en crue. Il nous apprend également qu’il y a… des requins dans ce fleuve. Et une espèce particulière qui attaque l’homme ! Comme par hasard !! (Il s’agit d’une embouchure de mer ; le fleuve se jette dans la mer un peu plus loin). C’est là que nous réalisons à quel point nous étions fous. Que c’est bon d’être fou !

 

 

Et vous, quelle est votre plus grand moment fou en voyage ? 

 

14 Comments »

  1. LadyMilonguera 25 août 2013 at 11 h 10 min - Reply

    Oh la la… quelle aventure !!! Des crocodiles ET des requins… C’est le genre d’info qu’il vaut mieux avoir après qu’avant 😉 !!!

  2. Valérie 27 août 2013 at 10 h 49 min - Reply

    Ouh là là mais quelle aventure palpitante! Pas sûr que j’aurai traversé ce fleuve (surtout que je mesure 1m60^^). Des crocodiles et des requins, mon dieu!
    L’oasis est splendide tout comme le récit. Merci du partage 😉

    Valérie de envievoyages.blogspot.be

  3. Lenaic 27 août 2013 at 11 h 48 min - Reply

    Merci pour vos commentaires.
    J’avoue que pour les requins nous ne le savions pas. Et nous ne pouvions pas vraiment faire demi-tour ! Il était trop tard et nous aurions dû parcourir la jungle en pleine nuit… (ou dormir… mais les 2 me semblent difficilement faisable !)

  4. Prints 27 août 2013 at 14 h 10 min - Reply

    Il faut du courage pour tenter cette expédition… en tout cas il n’y a rien de plus beau qu’être en contact avec la nature 🙂

  5. wladys 27 août 2013 at 22 h 34 min - Reply

    C’est génial de se confronter a la nature aux éléments, que nous sommes petits sans notre bitume et nos voitures, que la vie est d’autant plus appréciable après de telles missions. Merci lenaic ! Wlad

  6. David 2 octobre 2013 at 14 h 12 min - Reply

    Ca doit être génial comme aventure! Je n’ai jamais fait de Trekking mais je pense que ça me plairait vachement!

  7. Mac-Irsen 19 décembre 2013 at 16 h 38 min - Reply

    Vous êtes de vrais aventuriers… C’est certifié! Quelle histoire pleine d’émotions et surtout de découvertes.
    Chapeau les mecs; vous êtes pires que les scouts ! 🙂

  8. chrissand 7 mars 2014 at 23 h 26 min - Reply

    Vous êtes barjots!! Je suis allée au CR il y a quelques temps et ce pays est rempli de bestioles bizarres et peu accueillantes. C’est même pas forcément les crocos qui m’ont fait peur mais plutôt les serpents, araignées, et autres bestioles rampantes!
    Sinon à part ça le CR est TOP!!

  9. Découvre le monde 16 mars 2014 at 9 h 59 min - Reply

    Sacrée aventures 🙂 et puis votre dernière photo m’a bien fait rire !

    C’est une expérience unique dont vous vous souviendrez toute votre vie.

  10. Jo 23 mars 2014 at 1 h 35 min - Reply

    Ben moi.. Le truc le plus fou que j’ai fait … C’est boire un milkshake dans d’un souk de Fes et j’ai été malade 3 jours … Mais je suis contente que les Fesses de mon fils n’aient pas été croquées par un requin ou un crocodile. C’eût été dommage !

  11. mamyland-madagascar4x4 2 avril 2014 at 14 h 05 min - Reply

    Expérience folle (y)
    Un fleuve de tel couleur, j’en ai déjà vu ici à Madagascar, pour le reste, une grande aventure qui promet de belles sensations, j’aimerais bien tenter l’expérience un de ces quatre. En tout cas, merci pour le partage

  12. Mat 8 mars 2016 at 20 h 17 min - Reply

    France, GR10…p

  13. Mat 8 mars 2016 at 20 h 57 min - Reply

    pas la peine d’aller loin…une fin de journée splendide vers 2000 m d’altitude, pas très haut non plus.
    Je venais de parcourir une dizaine de bornes, ce qui en montagne vous fait les mollets, ça fatigue, lorsque j’ai croisé un gars du coin, habitué des lieux. Il me dit qu’il me fallait faire attention au chemin que j’allais prendre.
    Effectivement, 10mn plus tard, le sentier n’était pas plus large que la largeur totale de mes deux pieds, pas un centimètre de plus.
    A ma droite, le versant de la montagne, avec des touffes d’herbes et de la rocaille, à ma gauche, le vide.
    Le sentier est si étroit qu’un faut pas serait mortel, et mon bâton de rando côté droit butte la plupart du temps sur des obstacles plutôt que de m’aider. Je ne m’en sert que très peu.
    Si quelqu’un arrive en face…je ne sais pas ce qui se passera.
    Mon pieds arrière n’arrive qu’a la hauteur du pied de devant, car marcher normalement me placerait en situation d’équilibre, et avec 15 kg sur le dos et un sentier défoncé, ça peut glisser à tout moment.
    J’ai dû marcher une heure pour faire 1 km, le plus long de ma vie, et j’ai eu tout le temps de la voire défiler, pas de téléphone, tout seul, aucune aide, la vie peut s’arrêter d’un coup, alors que je suis juste en vacances…
    Des bourrasque de vent déportait mon sac par à-coups, vers le vide. Une chute de 5m aurait fait percuter ma tête en moins de deux.
    Le soleil auparavant éclatant finit derrière la montagne, me plaçant dans l’ombre.
    Un petit challenge arrive, il me faut passer un promontoire de pierre, glissant donc, faisant une sorte d’épingle à 90°, descendante. Je me repose un peu, mais il est tard, et comme je ne sais pas s’il me reste une heure ou deux avant la tombée de la nuit…pas le choix, faut avancer.
    Alors que le soleil déclinait lentement, s’orientant vers un autre hémisphère, je finis par arriver vers un chemin où marcher normalement. Plus de danger, mais encore une bonne heure de marche avant le prochain village. Je respire, mais j’en menais pas large

    • Lenaic 10 mars 2016 at 14 h 04 min - Reply

      Enorme !! Ca fait bien flipper en effet. Et le fait d’être seul en plus… Je ne sais pas pourquoi, mais on sent moins le danger à 2.
      C’est vrai que parfois on ne s’attend pas à être confronté au danger, mais une fois qu’il est bravé, quel pied ! 😉

      Pura vida !

Leave A Response »