Cuba, premier aperçu

Lenaic 8 janvier 2015 3

S’il est une île atypique, qui a une histoire et une identité fortes, c’est bien Cuba !  Cuba la chatoyante, Cuba la révoltée…

Au moment de choisir une destination hispanophone, Cuba s’est imposé à moi comme une évidence. Les images de bâtiments aux couleurs pastels, des voitures américaines des années 50, des plages de sable blanc et des champs de tabac attirent inexorablement le visiteur. Mon voyage était programmé pour le mois d’août.  Comment ça c’est la saison des pluies et la période de cyclones..!!?  Et bien tant mieux, il y aura moins de touristes…!

 

Premier aperçu de Cuba

A la sortie de l’aéroport de La Havane, on est tout de suite baigné dans l’atmosphère cubaine. A l’inverse de la 2CV avec chauffeur en marinière, on est embarqué dans une vieille Lada de la période soviétique avec chauffeur en berêt afin de nous conduire en ville. Et comme toute épopée qui se respecte, à peine arrivés à Cuba, mon compère et moi tombons déjà en rade, alors qu’un orage se profile à l’horizon. Ah oui, c’est bien la saison des pluies..! Le taxi tombe en panne d’essence au bout de 5 minutes !  Mais le chauffeur, connaissant sa Lada comme le Ché connaissait la rébellion, avait prévu une bouteille d’essence, suffisante pour nous déposer en ville. Ouf !

cuba blog voyage

Routard a Cuba

Quand on est routard, on ne réserve pas d’hotel à l’avance dans ce genre de pays. Et quand on est routard, on est vite repéré par les locaux. A peine le pied posé dans le centre, la nuit tombante n’empêche pas un cubain de nous aborder pour nous proposer une « casa particular« . Sur cette île, les habitants ont le droit d’héberger quelques touristes contre rémunération. A Cuba, il y a les hotels et les casas. Moins confortables, elles permettent néanmoins d’avoir un échange avec la population, de déguster l’excellente cuisine préparée par la famille, pour un cout moins élevé. Mais il faut savoir que Cuba reste une destination assez chère (pour un routard) ; une nuit en casa coutant 20 € la chambre environ (hors repas). Et il n’y a aucune difficulté à trouver une casa dans chaque ville de Cuba.

 

cuba

Cuba : villes, campagne et plages

Déjà, je conseille de rester plusieurs jours à La Havane. Cette ville m’a enchantée, avec ses cocos taxis longeant les bâtiments décrépis aux couleurs pastels, son marché artisanal, les ruelles pavées du Vieux Havane, le malecon où l’océan déchaîné vient se jeter…

 

Mais il ne faut pas, surtout pas, négliger la campagne cubaine, dans la région de Pinar del rio, à l’ouest de l’île. J’ai particulièrement apprécié la petite bourgade de Vinales, avec les cubains fumant leur cigare sur leur rocking chair sur le pas de leur porte, ou les cubaines moustachues (oui, ça m’a fait bizarre à moi aussi…) sortent dans la rue avec leur rouleau à pâtisserie pour aller chercher le mari qui a trop bu…  Mais surtout pour les paysages de champs de tabac, entourés de petites collines karstique appelées mogotes. Se balader en scooter, doublant les chars à boeux, dans ses paysages grandioses, reste un souvenir de premier ordre dans mon trip de 3 semaines à Cuba.

 

Non loin de Vinales, il est possible de trouver des plages de sable blanc, ourlée par une mer chaude et transparente. Le hasard des routes nous a amené, mon compère et moi, sur une plage immaculée, vierge, orné d’une vieille voiture américaine qui semblait posée pour décorer ce paysage grandiose. Je n’ai jamais su le nom de cette plage secrète, rencontrée au hasard. Mais de nombreuses plages, appelées les « cayos », raviront ceux qui cherchent un coin paradisiaque (cayo Jutia, cayo Levisa, etc…).

 

Ensuite, plusieurs de route en taxi partagé avec d’autres voyageurs nous amènent à Trinidad. La chaleur étouffante du mois d’aout vide les rues de cette ville hors du temps. Sous les 40°C, on découvre une ville pavées, où quelques chevaux côtoient les vieilles voitures américaines. Les couleurs vives des maisons, baignées par le soleil, donnent une atmosphère joyeuse à cette ville incontournable. Le soir venu, les bars s’emplissent de monde sur des rythmes salsa, et des démonstrations de danses ont lieues dans de nombreux endroits. Les touristes sont invités à partager quelques pas de danse avec des cubains endiablés. Après une longue nuit rythmée, il est possible de se reposer sur la plage située à quelques kilomètres. Trinidad, une ville incontournable !

 

blog Cuba

 

 

Pour en savoir plus sur cette île, les moyens de transports, les logements, les villes à visiter, je vous invite à découvrir mes conseils pour visiter Cuba. Vous trouverez aussi quelques informations pratiques sur ce guide voyage avec comparateur de vols low-cost.

Et, parcequ’il est bon de s’interesser à l’histoire des pays que l’on visite, et que Cuba à une histoire très particulière, je vous invite à lire ma réflexion sur la politique cubaine.

 

 

3 Comments »

  1. Planete3w 8 janvier 2015 at 17 h 20 min - Reply

    Ton article me renvoi quelques années auparavant quand je suis allé à Cuba. J’avais fait à peu près le même itinéraire sauf la région de Pinar del rio où je ne suis pas du tout allé. Par contre j’étais allé à Camagüey une belle petite ville très vivante (comme beaucoup de ville à Cuba).

    • Lenaic 9 janvier 2015 at 13 h 29 min - Reply

      En fait j’ai passé 3 semaines à Cuba. J’ai traversé toute l’île, pour découvrir le festival de Santiago, et continuer jusque Baracoa. Mais les 3 sites principaux sont selon moi les 3 évoqués dans l’article : la capitale, la campagne, et une ville très particulière. En revanche je ne connais pas Camagüey !

  2. leblogtrotteur 15 janvier 2015 at 18 h 43 min - Reply

    Bonjour

    Pour avoir été a Cuba en 2014, je confirme que les points les plus marquants du voyages ont été La Havane, la région de Vinales et Trinidad. Par contre je n’ai pas eu la chance de descendre plus bas.

Leave A Response »