Réflexion sur la politique de Cuba

Lenaic 25 avril 2013 3

Après mes conseils sur l’itinéraire et le logement à Cuba, voici mes notes écrites lors de mon séjour à Cuba, en 2009. Je voulais avoir une réflexion sur la politique communiste de Castro, et du bien fondé de ce type de société

Patria o muerte voyageur attitude

Mur de « propagande » castriste

 

La révolution a eu lieue. Certes. Le peuple a chassé un dictateur corrompu, pantin des Etats-Unis. Le Héros à alors pris le pouvoir.  Cuba a échappé à l’emprise des Etats-Unis, et les cubains en sont fiers. Mais comment légitimer le fait d’y rester 50 ans, sans nouvelle élection ?

Le gourou Fidel a choisi le grand frère communiste de l’autre coté de la planète, mais on sait depuis 1991 et l’implosion de l’URSS que ce choix ne fut pas forcément le meilleur. L’île, si proche des Etats-Unis, vivrait-elle mieux si elle avait choisi le modèle du voisin capitaliste ?

Le système communiste cubain negraph anti américain laisse personne mourir de faim, inculque une alphabétisation quasi totale, et apporte un système de soins performant. Un modèle politique peut-il être fondamentalement mauvais s’il considère tous les hommes égaux, avec non seulement les mêmes droits et devoirs, mais aussi les mêmes accès (à l’éducation, à la santé, etc), sans distinction, sans caste ni catégorie sociale?

 

Les cubains vivent simplement, sans se soucier du lendemain, qui sera le même. Au fond, chaque jour se ressemble. Mais où placer alors le rêve personnel ? Non, tous les hommes n’ont pas les mêmes idéaux ! Les désirs, les rêves, les volontés d’agir ne sont pas les mêmes chez chaque individu.

graph cuba voyageur attitude

« Oui maman, je ferai attention aux terroristes »

Certains sont heureux chez eux, en famille, sans grande envie d’évasion. D’autres ont un immense désir de conquêtes, un besoin de s’évader ou une grande tentation matérielle. Et un peuple ne peut être fait que d’une seule « catégorie » de population. De même, les capacités de chacun sont différentes. Certains sont capables de travailler, de se concentrer, d’apprendre plus que d’autres. Un système communiste où chaque individu travaille et reçoit autant serait-il juste alors?

 

Certes il permet aux individus de capacités moindres d’acquérir les mêmes choses que les individus plus doués naturellement. Cette politique pourrait alors apparaître comme plus juste. Mais il faut noter que les individus ayant un objectif, un fort désir aussi difficile soit-il, sont capables de se surpasser pour atteindre cet objectif, pour assouvir ce désir (avant qu’en apparaisse un nouveau dans bien des cas…).

voyageur attitude

« Guerre préventive ? »
« On envahit au cas où ils ont du pétrole »

 

Le système communiste ne laisse justement pas de place au rêve personnel. Les désirs des individus les font avancer, travailler, se surpasser afin de voir leur objectif se réaliser. Ils font donc ainsi évoluer la société par leur production. Car c’est évidemment la production qui fait la richesse (qui peut ensuite être redistribuée (ou pas)). Même si les tentations matérielles restent relativement faibles, car la publicité est peu présente, ce système fait vivre les individus dans la frustration, car apparaissent sans cesse de nouvelles tentations, d’autres désirs, de nouveaux « besoins »   (pour ça, c’est vrai, c’est un point commun au système capitaliste de sur-consommation).

 

Les cubains, dans leur monde communiste, vivent dans la frustration de ne pas pouvoir accéder à nombre de biens matériels, mais aussi une frustration due à une restriction des libertés individuelles (pas de liberté de voyage, ou d’entreprenariat par exemple). Et leur frustration grandit en voyant les touristes, pouvant voyager de par le monde en toute liberté, avec beaucoup de biens matériels.

 

 

Rencontre

Rencontre

Ceci n’est qu’une réflexion personnelle écrite lors de mon voyage de 3 semaines à Cuba, où j’ai pu discuter et échanger avec plusieurs cubains de toutes générations. J’ai conscience que les cubains qui viennent me parler sont déjà, à la base, attirés par la rencontre avec l’étranger et donc plus enclin à vouloir « s’évader ». Les plus vieux ont un respect énorme pour Fidel Castro, difficilement critiquable. Les plus jeunes, eux, veulent du changement et aspirent à plus de libertés individuelles

Fidel Castro est un véritable Héros national. Il est vrai qu’il a changé le destin de l’île pendant la révolution (1958), car Cuba s’apprêtait à devenir le terrain de jeu des Etats-Unis où régnaient les casinos, la mafia et la luxure. Fidel Castro est trop respecté pour qu’une nouvelle révolution soit engagé. Mais il me semble qu’après sa mort, la soif de changement sera telle qu’une nouvelle « révolution » est possible. 

Cependant, Raul Castro a compris que des changements doivent être opérés, et il oriente désormais sa politique vers une ouverture au capitalisme et une liberté accrue pour son peuple.

 

Viva Cuba !

 

 Toute remarque de votre part est bienvenue ! N’hésitez pas…

Découvrez ici mes conseils pour un voyage à Cuba.    😉

 

 

 

3 Comments »

  1. Pierre 29 avril 2013 at 3 h 20 min - Reply

    Vraiment sympa ton article.
    Les Cubains ont au moins tous accès à un système décent mais je comprends qu’ils aient bien envie de changer de système.
    Ca fait quand même environ un demi siècle qu’ils vivent sous le régime castriste.
    Ce sont peut être les dernières années où l’on peut encore voir ce mode de vie si particulier.

  2. Lenaic 30 avril 2013 at 8 h 22 min - Reply

    En effet, les cubains ont un système éducatif et médical performant… mais certains me disaient « à quoi sert d’avoir un super hopital si on met un temps fou pour y accéder..?! » Car d’autres problèmes subsistent, comme le transport et la mobilité.
    Ah oui… tout n’est ni blanc ni noir…

  3. Souroure 12 juillet 2013 at 17 h 30 min - Reply

    Lors de mon séjour à Cuba, je n’ai pas pu m’empêcher de réfléchir à la situation du pays et de ses habitants. On comprends très vite à quelle point la révolution est importante dans leur histoire, il n’y a qu’à voir le nombre de panneaux et d’affiches de propagande.
    Il est clair que la politique appliquée est très oppressante pour les cubains, j’ai pu le constater aussi, mais je pense que le modèle capitaliste n’est pas le meilleur chemin à prendre. Capitalisme n’est pas forcément synonyme de libertés individuelles selon moi.

Leave A Response »