Interview d’une hotesse de l’air Air France

Lenaic 14/09/2019 0

J’ai eu l’occasion d’interroger une amie qui est hôtesse de l’air chez Air France. Un métier à part, à découvrir.

1/  Peux-tu te présenter rapidement ?  Depuis combien de temps es-tu hôtesse de l’air ?

Je m’appelle Diana, j’ai 34 ans, je suis mariée et maman de deux enfants. Je suis hôtesse de l’air chez Air France depuis 11 ans. A mon embauche j’ai été sur long-courrier (vols de plus de 5h), et aujourd’hui je suis sur moyen-courrier (Europe, Afrique du nord, lsrael et Russie).

2/ Pourquoi choisir ce métier ?

C’est lors de mon premier voyage en avion que j’ai réalisé que je voulais être hôtesse de l’air. Leurs assurances, leurs bienveillances, leurs allures me donnaient envie d’être comme elle ! Et puis bien sûr l’envie de voir le monde et de le découvrir. La relation avec la clientèle n’est venue qu’après, ce relationnel qui est si particulier du fait d’être dans un endroit confiné et fermé.

3/ Peux-tu nous décrire une semaine de travail en tant qu’hôtesse de l’air ?

Mon rythme de travail est différent d’un métier « classique ». J’ai un rythme en 4/3, c’est à dire que je travail 4 jours d’affilé, suivi de trois jours de repos. J’ai 4 jours en plus de repos chaque mois pour compenser les week-end et jours fériés travaillés. Bien évidemment je travaille les week-end, jours fériés, Noël et jour de l’an. Une rotation c’est un enchaînement de journée de vols : 4 jours maximum, avec souvent des levés très tôt (3h du matin) et fin de journée très tard (1h du matin), pour une journée de 9h à 12h de vol.

4/ Ces changements de rythme et ces horaires non réguliers sont ils fatiguant et contraignants ?  Comment fais-tu pour lutter contre le jet-lag ?

Parfois c’est très difficile de se coucher à 1h et de se lever à 4h ! Parfois, sur une rotation, on a que des vols du matin, et la semaine d’après que des vols du soir ; c’est tout aussi difficile ! Les trois jours de repos sont essentiels pour rééquilibrer l’organisme.C’est pour cela que c’est essentiel pouvoir faire des siestes pour récupérer.

Diana, hôtesse Air France

5/ As-tu l’opportunité de découvrir la plupart des villes et pays ou tu vas ?

Nous avons beaucoup moins de temps aujourd’hui pour visiter les villes où nous allons, mais nous avons l’occasion d’y retourner plusieurs fois.

6/ Selon toi, qu’est-ce qui est le plus difficile dans ton métier ?

Pour moi ce qui est le plus contraignant sont les plannings. Nous ne les avons que le 25 du mois pour le mois suivant… pour l’organisation familiale c’est trop juste !

7/  Y a t-il des nationalités de passagers avec qui tu te sens mieux, et d’autres moins bien ?  (Le français est-il un éternel râleur, même prêt à partir en vacances ? Quelles sont les caractéristiques des passagers d’autres nationalités..?)

Chaque destination, et même chaque passager, a ses caractéristiques, en fonction de sa culture. Bien sûr le client français est un éternel râleur, les allemands sont très disciplinés, les algériens sont les plus accueillants et gentils, les espagnols sont très festifs et ceux des pays de l’Est boivent… beaucoup !!

8/  La rémunération peut-elle être une motivation pour une personne qui voudrait devenir hôtesse ou steward ?

La rémunération peut être une motivation. N’oublions pas que les diplômes demandés reste le niveau Bac, anglais courant et le CSS ! C’est un métier très accessible.

9/  Que penses-tu des difficultés actuelles dans le secteur des compagnies aériennes (notamment les dérives par Ryanair) ?  Crains-tu pour l’avenir de ce métier..?

Non je ne crains pas pour l’avenir de ce métier, je pense par contre qu’il va évoluer et changer avec les tendances actuelles mais il y aura toujours des compagnies locales avec des prestations haut de gamme.

 

10/  Comment fais-tu pour combiner ton métier avec une vie de famille ? Est-ce difficile..?  Combien de temps par semaine passes-tu chez toi ?

Je suis à la maison en moyenne 3 jours par semaine. Le secret pour concilier vie de famille et vie d’hôtesse de l’air c’est d’avoir un super mari qui compense les jours d’absence. Mon temps de présence n’est pas quantitatif mais qualitatif.

11/  Y a t-il une destination qui t’a particulièrement marquée ?   (ou que tu souhaiterais particulièrement découvrir ?)

J’adooore Tel Aviv ; j’essaye d’y aller une fois par mois et j’aimerais prendre le temps d’aller voir Petra.

12/  Pour finir, aurais-tu une anecdote amusante avec un passager..?

Des anecdotes j’en ai plein ! Celle qui me vient à l’esprit… Après avoir bousculé une passagère lors d’une turbulence, nous avons fini le vol en discutant et découvert qu’elle habitait quelques rue près de chez moi ; aujourd’hui nous sommes de très bonnes amies.

 

Merci Diana pour cette interview entre deux vols !  😉

 

Photo de couv’ : @Arrête-moi si tu peux !

Leave A Response »