Traversée du Mexique

Lenaic 25 novembre 2013 4

Culture indigène, plages, villes colorées… Il y a de multiples raisons pour entreprendre un voyage au Mexique. Ce pays est, à l’image de Mexico, à multiples facettes. André Breton ne se trompait pas en disant que « pour connaitre le surréalisme, il faut aller à Mexico ».

 

On ne va pas au Mexique pour les mexicaines ! Le Mexique ayant dépassé les Etats-Unis à la 1ère place non-enviée de population en surpoids, on trouvera plus de beauté dans les paysages et les villes mexicaines que dans la population, souvent assez trapue. Avec sa bonne vieille moustache traditionnelle, le mexicain ne fait généralement pas rêver non plus !

 

Je vous invite pour un tour d’horizon des principales villes du Mexique, de Mexico à Cancun.

MEXICO

Un sacré dossier ! La mégalopole mexicaine, avec ses 22 millions d’hab et son envergure titanesque, présente de nombreux quartiers vivants et agréables.

Pour visiter au mieux la ville, il vaut mieux oublier la voiture (et les embouteillages qui vont avec), et acheter une carte de transport public (10 pesos, soit 0,50 €), puis acheter une recharge aux stations. Le métro est le moins cher du monde (3 pesos, soit 0,20 €) et propose 12 lignes. Le metro-bus est aussi populaire (6 pesos). Aux heures de pointe, certains wagons de métro et quelques métro-bus sont réservés aux femmes. Les mains aux fesses ont la vie dure…!

J’ajoute une chose : Mexico ne craint pas l’insécurité. Cette ville ne mérite pas l’ancienne réputation qu’elle peut encore subir au niveau de l’insécurité.

 coccinelle mexique

Le Centre historique de Mexico :

A voir : le zocalo, une des plus grandes places au monde, avec le palacio nacional, le palacio de bellas artes, la cathédrale et les dernières ruines aztèques du templo mayor (juste derrière la cathédrale,  d’ailleurs les espagnols ont utilisé des pierres du temple aztèque pour construire la cathédrale, afin de montrer la domination de leur culture). La Plaza Garibaldi permet de se plonger dans l’ambiance purement mexicaine, en buvant un verre de tequila près des mariachis.

A faire : les cantinas (bars) dans le centre, pour y goûter les différents  Pulque. Vous pourrez également apprécier les boites de jazz, un peu underground, à la new-yorkaise.

 

musee frida khalo mexico

Musee Frida Khalo

Coyoacan : petit village à l’intérieur de la ville, Coyoacan est composé de petites rues de style colonial, avec le musée Frida Khalo et sa superbe maison et ses beaux jardins, ainsi que le musée Trotsky, tout proche. Le marché est typiquement mexicain, mais sans le brouhaha.

 

San Angel : quartier colonial à explorer à pied propose beaucoup de galeries d’art, de marchands d’antiquité, un marché d’artisanat, et des restaurants très sympas avec des terrasses.

 

La Condesa : quartier à la mode, très cosmopolite, attirant les écrivains et les intellectuels. La Condesa n’a pas le style colonial, mais offre beaucoup de parcs, de cafés et de restaurants avec une excellente ambiance le soir, toujours très vivant.

 

La Roma : situé à coté de La Condesa, le quartier de La Roma est idéal pour faire une tournée sur le mode bars à tapas, en changeant de bars et de petits restau vivants.

 

Polanco : quartier un peu plus chic, Polanco attire toutes les ambassades, autour de l’avenue chic et ses magasins de luxe (avenue Presidente Masarik).

 

Chapultepec, situé à coté de Polanco, bénéficie du fameux musée d’anthropologie de Mexico, qui retrace toutes les civilisations précolombiennes. Je conseille vraiment ce musée à la conception très réussie, présentant des œuvres incroyablement bien conservées. Comme les tableaux de Frida Khalo, les œuvres du musée anthropologique de Mexico méritent des explications pour bien saisir tous leurs sens. Je conseille vivement de le visiter avec un guide, qui vous apportera des explications nécessaires pour bien comprendre et se plonger dans le monde précolombien (d’autant que les descriptions sont écrites en espagnol). Au musée d’anthropologie de Mexico, j’y suis entré sceptique, j’y suis sorti conquis !

 

Zona Rosa : le quartier homo propose des bars, des restaurants, des boites de nuit et des tabledance (danses… disons « exotiques »). Le tout dans une bonne ambiance. La rue Rio Lerma reste une valeur sûre pour sortir le soir et trouver une ambiance conviviale.

 

Xochimilco

Xochimilco

Xochimilco, situé au sud de la ville (1h de voiture en comptant les embouteillages, ou en transport en commun), est très prisé des Mexicains. Construit sur l’ancienne ville lacustre de Mexico (puisque Mexico était basé sur l’eau jusqu’à l’arrivée des espagnols), Xochimilco contient 80 km de canaux sur lesquels voguent des barques ultra-colorées sans moteur. Ce cadre agréable et romantique attire beaucoup de mexicains le week-end, venus se ressourcer et déjeuner sur une barque au son des mariachis. Allez-y le week-end, lorsque le lieu est vivant et animé.

 

TEOTIHUACAN

Le site de Teotihuacanteotihuacan mexique est situé à 45 minutes de Mexico… tôt le matin. Pour le retour vers la capitale, en pleine journée, comptez plutôt 1h45 ! Tous les sites touristiques sont à découvrir tôt le matin. La chaleur y est moins intense, et surtout les touristes et les marchands ambulants sont beaucoup moins nombreux. Vous apprécierez d’autant plus ces sites.

Teotihuacan est un incontournable lors d’un séjour à Mexico. C’est le temple phare de cette civilisation datant de -100 à 700 après JC. On monte sur les temples de la lune et du soleil, d’où l’on remarque le gigantisme de l’organisation de cette civilisation en fonction de leur pensée astrale.

J’ai eu l’opportunité de rencontrer le chef-archéologue de Teotihuacan en personne, qui m’a emmené sur des sites en fouille. Les archéologues travaillent inlassablement sur ce site, où l’on dit que seulement 5% n’a été découvert à ce jour. De très nombreux temples sont encore enfouis sous terre, recouverts de végétation.

Ma suggestion : restaurant la gruta teotihuacanPour déjeuner après la visite de Teotihuacan, je vous conseille le restaurant La Gruta (à 10 min). Situé dans une grotte, ce restaurant offre un cadre très original et embelli par des couleurs et des bougies. Et, comme les mexicains ne peuvent pas manger sans musique, des spectacles de danses locales ont lieu lors du déjeuner, attirant les familles mexicaines et les touristes.

 

PUEBLA

Bon, je n’ai pas grand-chose à dire sur cette ville, vu que je n’y suis pas allé… Mais je sais qu’elle plait beaucoup pour ses édifices coloniaux ornés d’azulejos, sa vie nocturne dynamique, sa gastronomie réputée, ses 70 églises et surtout sa cathédrale. Bref, une ville à découvrir… en commençant par moi-même !

 

OAXACAoaxaca

Prenez la route pour Oaxaca ! J’ai adoré rouler à 150 km/h à travers les paysages désertiques, puis les routes sinueuses en pleine forêt (on se croit au Canada !), pour déboucher sur des routes entourées de montagnes de cactus… !

Après 5h de route, vous pourrez apprécier les charmes de la ville coloniale de Oaxaca. Le rues piétonnes proche du centre-ville, bordées de maisons aux façades colorées, sont très agréables. C’est le genre de ville où l’on aime se promener. C’est le genre de ville qui égaye par ses couleurs vives et son ambiance animée. C’est le genre de maisons colorées qui manque en France.

En voiture, vous pouvez faire un aller-retour à Santa Maria de Tulé, pour contempler un arbre impressionnant vieux de 2000 ans ! Les alentours sont bordés de beaux jardins. A conseiller pour les amateurs de botanique. Mais comptez 30 minutes depuis Oaxaca.

 

L’état du Chiapas

L’état du Chiapas était, avant les années 1990, quasiment inconnu des mexicains ! La découverte des beautés de cet état, avec ses jolies villes coloniales, sa jungle épaisse, ses communautés mayas et ses vestiges archéologiques, en font un état à ne pas négliger.

 

SAN CRISTOBAL DE LAS CASASsan cristobal de las casas voyageur attitude

Voici le trajet le plus long, nécessitant 9h de route. Clairement, le Mexique est un grand pays ! Et vous serez ralentis dans votre progression par ces put*** de dos d’âne installés ici et là… Mais vous serez récompensé par la découverte de cette petite ville au charme colonial, dans le même style que Oaxaca. Les façades colorées des maisons (d’ailleurs les habitants du centre-ville sont obligés de peindre leur façade) donnent une atmosphère agréable dans les rues animées du centre, remplies de magasin. Le zocalo, le marché et les deux églises de San Cristobal de las Casas sont aussi à découvrir.

 

SAN JUAN CHAMULA

Intérieur de l'église photo : Horizon Nomade

Intérieur de l’église
photo : Horizon Nomade

Un site à ne pas manquer ! Situé à 30 minutes de San Cristobal, je vous invite à découvrir l’église de cette petite ville peuplée d’indigènes farouchement indépendants. Avouons que le peuple indigène du Mexique est assez renfermé sur lui-même, et ne cherche guerre à échanger avec les voyageurs. Un rapide passage à San Juan Chamula vous permettra de découvrir la ferveur de ce peuple dans leur église. Dès l’entrée, on sent que cette église est différente. Des milliers de bougies sont entreposées sur le sol, couvert d’aiguilles de pins, des centaines de fleurs et un nuage d’encens, servent de décor aux fidèles priant dans un lancinement entêtant. Les guérisseurs psalmodient en frottant le corps des dévots avec des œufs et des os. L’ambiance est enivrante, la dévotion des fidèles est sidérante.

L’ami athée qui m’accompagnait a ressenti, la 1ère fois qu’il est entré dans cette église, une étrange sensation et un mal de ventre lorsqu’il était dans cette église. Le lendemain, la douleur s’intensifiait, et il fut malade pendant 4 jours… Evidemment, le rapport avec cette église n’est pas fondé, mais il se refusa à retourner dans ce lieu particulier, où la ferveur des croyants est déconcertante.

san juan chamula

Eglise de San Juan Chamula

PALENQUE

Palenque n’attire les visiteurs que pour son site archéologique. La ville ayant été construite que par besoin par rapport au site maya, elle ne présente pas d’intérêt et il vaut mieux loger près du site archéologique (je conseille El Panchan, ou, pour les budgets plus élevé, le Chan Kah : des infos ici ou !).

 

BONAMPAKsite de bonampak voyageur attitude

En attendant mon article sur les sites archéologiques précolombiens, sachez qu’il est possible de passer quelque temps près du site de Bonampak. Vous pourrez découvrir la communauté indigène, les lacandons, vivant dans une forêt tropicale humide. Préservant les coutumes et la langue maya, il est possible d’y loger dans des cabanons situés près de la rivière coulant dans cette jungle. Vous pourrez faire une superbe randonnée dans la jungle pour atteindre une cascade.

 

J’ai ensuite continué mon périple vers Campeche, dans l’état du Yucatan. Cet état rassemble toutes les richesses du pays : des belles plages, de charmantes cités coloniales, des ruines mayas impressionnantes, et une nature cachant des milliers de cavernes à l’eau claire (les cenotes).

 

CAMPECHE

Campeche mérite d’y passer,campeche mexique selon moi, assez peu de temps. Je la considère comme une ville-musée, superbe mais calme. Les rues de Campeche sont étonnamment vides. Mais je raffole de ces rues où toutes les maisons sont parées de couleurs vives assorties. Campeche offre les plus belles rues que j’ai vues (la calle 52) ! La promenade du bord de mer (le malecon) et le centre historique, magnifiquement restaurée et juchée de ses typiques cireurs de chaussures, compléteront la visite de cette superbe ville.

 

MERIDAmerida mexique

Au contraire de Campeche, la ville de Merida, capitale du Yucatan, offre une ambiance survoltée, sans négliger la beauté de la ville. Si Merida semble moins jolie que ses consœurs évoquées plus haut, ne négligez pas cette ville où il fait bon vivre, et où l’ambiance, portée par les orchestres des bars invitant à danser la salsa dans la rue, est définitivement joyeuse.

 

IZAMALizamal

Vous aimez la couleur jaune ? Alors arrêtez-vous pendant une heure à Izamal ! Cette ville fût entièrement repeinte suite à la visite de Jean-Paul II. Jaune et blanc, couleurs du Vatican. Et voici que la ville ne quitte plus ces couleurs, qui attirent désormais quelques touristes bienvenus.

 

 

CHICHEN ITZA

Evidemment, il ne faut pas négliger Chichen Itza. Mais « Chichen » n’est qu’un site archéologique. Ne vous attendez pas à y trouver une ville…

 

CANCUNcancun photo

J’aurai pu finir par Cancun. J’aurai pu m’accorder quelques jours de repos sur les superbes plages de Cancun. Mais, à l’image de Las Vegas ou d’Ibiza, je ne suis pas fan de ce qu’évoque cette ville. Construite pour (et par) les américains, on quitte ici le Mexique pour se plonger dans une artère bordée d’hôtels (Boulevard Kukulcan). Répondant aux envies des américains, en offrant les prestations qu’ils souhaitent pour leur apporter un peu d’exotisme, on voit à Cancun ces restaurants tex-mex que les mexicains ne fréquentent pas, et où les stéréotypes comblent les amateurs de vacances où l’immersion est feinte.

 

 

Voila donc les principales villes à visiter entre Mexico et Cancun. Mais il y a aussi ces formations naturelles immanquables au Yucatan : les cenotes. Et pour compléter la visite du Mexique, il vous faudra agrémenter ses villes par les sites mayas rencontrés tout au long du parcours, de Teotihuacan à Tulum.

 

 

4 Comments »

  1. LeProchainVoyage 25 novembre 2013 at 19 h 14 min - Reply

    J’adorerai voyager au Mexique, il y a pleins de jolies choses à voir… Il faut probablement au moins 3 ou 4 semaines pour avoir le temps de faire le tour de tous les sites et les villes annoncées !

  2. LadyMilonguera 26 novembre 2013 at 21 h 02 min - Reply

    Ces villes colorées me ravissent à chaque fois… Elles semblent si jolies…

  3. mexique découverte 15 avril 2014 at 23 h 32 min - Reply

    Le Mexique se visite petit à petit, régions par régions pour en apprécier la beauté, le survoler est fort dommage, il mérite que l’on s’y attarde !

Leave A Response »